8 000 ménages améliorent leur résilience face aux changements climatiques

La Mauritanie est l’un des pays sahéliens les plus exposés aux effets de la désertification et l’impact des changements climatiques y est réel; le territoire est en majeure partie situé dans la zone aride avec 75% en zone saharienne. L’économie mauritanienne de type dual, caractérisée à la fois par une économie moderne en zone urbaine et à la fois par une économie de subsistance en milieu rural, essentiellement basée sur  l’agriculture pluviale, l’élevage et et les activités connexes et la pêche artisanale. La pauvreté demeure un phénomène rural, près de 60% des ruraux vivent en dessus du seuil de pauvreté, alors qu’au niveau national il s’élève à 43,2%. L’élevage, majoritairement extensif, constitue la principale activité du secteur rural. il contribue significativement à la formation du PIB.

L’Action

le projet a pour enjeux d’améliorer la résilience d’au moins 8 000 personnes face aux changements climatiques à travers une gestion concertée et performante des ressources naturelles dans 3 régions de Mauritanie (le Gorgol, le Guidimakha et l’Assaba). Le 1er enjeu consiste à créer des références partagées et consolider un cadre normatif et institutionnel local pour la Gestion des Ressources Naturelles à partir de l’existant. Par la mise en oeuvre d’actions concrètes, déterminées par les plans précédents, et spécifiques à chaque territoire, le projet contribuera à la lutte contre la dégradation de l’environnement. Aussi, en accompagnant les acteur locaux dans la mise en place de mécanismes de gestion durable des ressources naturelles (gestion de la doumeraie, du Karakoro, gestion multi-usage du walo et des mares sur les bassin du fleuve Sénégal, conservation des eaux et des sols et aménagements pastoraux), l’ancrage institutionnel du projet se verra renforcé. enfin, en apportant aux agropasteurs un appui-conseil, pour l’adaptation des modes de valorisation des ressources naturelles dans une perspective de résilience et de sécurité alimentaire (animation de réseau en agro-écologie, accompagnement des OP dans lmes services aux agropasteurs, valorisation des PFNL, le projet permettra de sécuriser ‘laccès et d’optimiser la gestion concertée et équitable des ressources naturelles et agro-sylvo-pastorales.

Le projet va permettre de

  • Renforcer les capacités des Organisations Professionnelles, Collectivités Locales et Services Techniques de l’Etat dans la gestion locale des ressources naturelles face aux changements climatiques grâce à une connaissance partagée des enjeux au niveau local et transfrontalier.
  • Améliorer localement la gestion des ressources naturelles (eau, sol forêt) grâce à des projets territoriaux.
  • Améliorer les capacités de production et de valorisation des ressources naturelles, permettant de renforcer la sécurité alimentaire et la résiliences des populations face aux changements climatiques.
  • Le partage de résultants probants co-construits parles acteurs locaux.

Les indicateurs clefs et impacts

  • 8 000 ménages (agro-pasteurs-ceuilleurs-pêcheurs) résidents dans 27 localités au Guidimakha, 16 localités du Gorgol et 7 en Assaba
  • Conception de 3 plans d’aménagement environnementaux territoriaux.
  • 18 organisations locales de gestion des ressources naturelles au Guidimakha, 3 fédérations agricoles dont 2 unions de coopératives féminines, une association de jeunes, 4 associations de migrants ressortissants du territoire.
  • 10 associations pastorales dans els territoires concernés (17 000 éleveurs)
  • 9 communes au Guidimakha, 4 communes au Gorgol, 3 communes du bassin du Karakoro dans l’Assaba.
  • 20 agro-éleveurs dans une démarche innovante.

Partenaires Locaux du projet :

  • Mauritanie

    • GNAP (Groupement National des Associations Pastorales)

      Créée en 1990 à l’issue d’une rencontre d’associations pastorales, le GNAP, Groupement National des Associations Pastorales, regroupe 45 Associations Pastorales, 2 885  coopératives agrées et 10 bureaux régionaux. Le GNAP intervient auprès des associations pastorales, en appui à l'approvisionnement en intrants (aliment bétail et produits vétérinaires, la réalisation d'aménagements et infrastructures pastorales (marché, puits, parc de vaccination, etc.), concertation multi acteurs (sécurisation de pistes, gestion des marchés, etc.)

  • France

    • GRDR

      Le Groupe de Recherche et de Réalisations pour le Développement Rural mène des actions de développement à la fois dans les pays de départ, de passage et d’accueil (Afrique de l'Ouest, Maghreb et France). Ses domaines d'intervention sont : les parcours migratoires et mobilités humaines, le développement rural et gestion des ressources naturelles, l'appui à la décentralisation, l'insertion socio-professionnelle et l’entrepreneuriat et la lutte contre les discriminations.