71 jeunes déscolarisé∙e∙s du département de Saint-Louis

Avec près de 15 millions d’habitants et une croissance de plus de 6 % ces 3 dernières années, l’économie du Sénégal est l’une des plus performantes d’Afrique de l’Ouest. Cependant, le pays connaît un taux de chômage important et sa jeunesse se heurte à des possibilités limitées d’insertion sur le marché du travail. Le secteur de la formation professionnelle peine à intégrer toute la jeunesse et à faire le lien entre formation et emploi, notamment dans les secteurs innovants.

Dans la région de Saint-Louis, les jeunes représentent près de la moitié de la population, et 30 % d’entre eux sont au chômage. Pourtant la région dispose d’un potentiel important : des richesses agricoles, des ressources naturelles locales pour des constructions et le développement de l’utilisation des énergies renouvelables notamment le solaire.

L’Action

Le projet vise à faciliter l’accès à la formation professionnelle pour des jeunes femmes et jeunes hommes en situation de vulnérabilité. L’objectif général est d’améliorer les conditions socio-économiques des jeunes du territoire de Saint-Louis. Plus spécifiquement, le projet vise à faciliter la formation et l’insertion professionnelle des jeunes vulnérables en lien avec les opportunités économiques territoriales, notamment les filières des énergies renouvelables, de l’agriculture durable et de l’écoconstruction. Le projet cible plusieurs groupes de bénéficiaires. Une vingtaine de jeunes dont 30 % de femmes sortant∙e∙s d’un CAP électricité seront intégré∙e∙s à une formation innovante sur l’électricité photovoltaïque en lien avec un centre de formation partenaire, le CRFP, dont les capacités seront également renforcées. Un groupe de 50 jeunes dont 40 % de femmes en situation de vulnérabilité entrera dans un parcours de formation-insertion. Ils suivront des formations transversales sur le droit du travail, l’entrepreneuriat. Des actions de sensibilisation sur les inégalités de genre seront proposées. Parmi ces 50 jeunes, une quinzaine de personnes dont 30 % de femmes seront également accompagné∙e∙s et mis∙e∙s à niveau pour intégrer un CAP dans l’une des 4 filières pré-identifiées : l’électricité, la plomberie, la maçonnerie et la menuiserie mécanique.

Le projet prévoit également de faciliter le lien entre marché du travail et formation à travers la mise en place d’un suivi des jeunes formé∙e∙s. Au sein du dispositif d’appui à l’insertion mis en place, Diapalante participera aux comités territoriaux de formation-insertion pour assurer la synergie à l’échelle territoriale.

Le projet va permettre de

Renforcer l’offre de formation de Diapalante, afin de répondre au mieux aux besoins des jeunes en situation de vulnérabilité qui intègrent le parcours d’insertion.

les indicateurs clefs et impacts

  • 3 sessions de formation mise à niveau sont organisées pour 15 jeunes (dont 30% de filles)
  • 90% des jeunes mis à niveau intègrent un CAP à la suite de la mise à niveau
  • 5 sessions de formation aux modules transversaux sont organisées pour 50 jeunes (dont 40% de filles)
  • 20 jeunes bénéficient d’une formation photovoltaïque (dont 30% de jeunes femmes)
  • 80% des jeunes sont diplômé.e.s
  • 100% des jeunes sont suivi.e.s pendant leur parcours de formation et de professionnalisation
  • 4 chantiers écoles sont organisés
  • 1 ONG locale est renforcée dans sa pratique et sa capacité d’animation territoriales auprès des collectivités sur la thématique de la formation et de l’insertion professionnelle.

Partenaires Locaux du projet :

  • Sénégal

    • Diapalante

      Diapalante accompagne les jeunes en situation difficile vers l’insertion professionnelle par les métiers de l’environnement et du développement durable au travers d’un dispositif d’insertion et de formation ainsi qu’un accompagnement entrepreneurial. Afin de leur permettre de se réinsérer dans la vie sociale grâce à des activités professionnelles, le Centre Diapalante accueille les jeunes de 15 à 25 ans en situation de grande précarité.